Evandre - 081 122 La tempête

           

081 122 La tempête (Enéide chant 01, Virgile)

Format pdf : Texte au format PDF

Eole , sur ordre de Junon, déchaîne les vents

VIRGILE, Enéïde, I, 81-112

La tempête


Haec ubi dicta, cavum conversa cuspide montem 81

Impulit in latus; ac venti, velut agmine facto,

Qua data porta, ruunt, et terras turbine perflant.

Incubuere mari, totumque a sedibus imis

Una Eurusque Notusque ruunt creberque procellis 85

Africus, et vastos volvunt ad litora fluctus.

Insequitur clamorque virum stridorque rudentum.

Eripiunt subito nubes caelumque diemque

Teucrorum ex oculis : ponto nox incubat atra.

Intonuere poli et crebris micat ignibus aether; 90

Praesentemque viris intentant omnia mortem.

Extemplo Aeneae solvuntur frigore membra;

Ingemit, et duplices tendens ad sidera palmas,

Talia voce refert : « 0 terque quaterque beati

Quis ante ora patrum, Trojae sub moenibus altis, 95

Contigit oppetere ! o Danaum fortissime gentis

Tydide ! mene Iliacis occumbere campis

Non potuisse, tuaque animam hanc effundere dextra,

Saevus ubi Aeacidae telo jacet Hector, ubi ingens

Sarpedon, ubi tot Simois correpta sub undis 100

Scuta virum galeasque et fortia corpora volvit ? »

Talia jactanti stridens Aquilone procella

Velum adversa ferit, fluctusque ad sidera tollit.

Franguntur remi; tum prora avertit et undis

Dat latus; insequitur cumulo praeruptus aquae mons. 105

Hi summo in fluctu pendent; his unda dehiscens

Terram inter fluctus aperit; furit aestus harenis.

Tres Notus abreptas in saxa latentia torquet

(Saxa vocant Itali, mediis quae in fluctibus, Aras,

Dorsum immane mari summo), tres Eurus ab alto 110

In brevia et syrtes urget, miserable visu,

Illiditque vadis atque aggere cingit harenae. 112


Vocabulaire :

Fréquence 1 :

a, ab, prép. : + Abl. : à partir de, après un verbe passif = par

ac, atque conj. : et, et aussi

ad, prép. + Acc. : vers, à, près de

agmen, inis, n. : l'armée en marche, la colonne de marche

altus, a, um : haut, profond, grand (métaph.)

ante, prép. +acc. : devant, avant ; adv. avant

aqua, ae, f. : eau

caelum, i, n. : ciel

corpus, oris, n. : corps

de, prép. + abl. : au sujet de, du haut de, de

dico, is, ere, dixi, dictum : dire, appeler

dies, ei, m. et f. : jour

do, das, dare, dedi, datum : donner

ego, mei : je

eo, is, ire, ivi, itum : aller

et, conj. : et, aussi

ex, prép. : (+abl) hors de, de

facio, is, ere, feci, factum : faire

fero, fers, ferre, tuli, latum : porter, supporter, rapporter

fio, is, fieri, factus sum : devenir ; fio sert de passif à facio

fortis, e : fort, vigoureux, courageux,

gens, gentis, f. : tribu, famille, peuple

hic, haec, hoc : ce, cette, celui-ci, celle-ci

ignis, is, m. : feu

in, prép. : (acc. ou abl.) dans, sur, contre

ingens, entis : immense, énorme

inter, prép. + Acc. : parmi, entre

jaceo, es, ere, cui : être étendu, s'étendre

mare, is, n. : mer

medius, a, um : qui est au milieu, en son milieu

mons, montis, m. : montagne

mors, mortis, f. : mort

non, neg. : ne...pas

nosco, is, ere, novi, notum : apprendre ;(au pft. savoir)

nox, noctis, f. : nuit

o, inv. : ô, oh (exclamation)

oculus, i, m. : œil

omnis, e : tout

os, oris, n. : le visage, la bouche, l'entrée, l'ouverture

pater, tris, m. : père, magistrat

possum, potes, posse, potui : pouvoir

qui, quae, quod, pr. rel : qui, que, quoi, dont, lequel...

quis, quae, quid : qui ? quoi ? après si, nisi, ne, num, quis est l'équivalent de aliquis (quelqu'un, quelque chose).

refero, fers, ferre, tuli, latum : 1. reporter 2. porter en retour, rapporter (refert : il importe)

sub, prép. : + Abl. : sous

talis, e : tel ; ... qualis : tel.. que

telum, i, n. : trait (javelot ou flèche)

terra, ae, f. : terre

tollo, is, tollere, sustuli, sublatum : 1. soulever, élever, porter, élever 2. lever, enlever, supprimer

tot, adv. : tant, si nombreux

totus, a, um : tout entier

tum, adv. : alors

tuus, a, um : ton

ubi, adv. : où; conj. quand

unda, ae, f. : l'onde, l'eau, le flot

unus, a, um : un seul, un

venio, is, ire, veni, ventum : venir

ventus, i, m. : vent

vir, viri, m. : homme ( par opp. à mulier, femme ), mari, héros.

vires, ium, f. : force(s)

voco, as, are : appeler

volo, vis, velle : vouloir

vox, vocis, f. : 1. la voix 2. le son de la voix 3. l'accent 4. le son 5. , la parole, le mot



fréquence 2 :

adversus, a, um : contraire (prép. + acc. = contre)

anima, ae, f. : cœur, âme

ara, ae, f. : autel

beatus, a, um : heureux

brevis, e : court (espace ou temps) (ici, emploi rare : brevia,ium : les bas-fonds)

campus, i, m. : plaine, champ

clamor, oris, m. : clameur, cri

contingo, is, ere, tigi, tactum : toucher, atteindre, arriver (impersonnel : il arrive par bonheur)

converto, is, ere, verti, versum : tourner complètement, retourner

dexter, tra, trum : droit ; dextra : la main droite

eripio, is, ere, eripui, ereptum : arracher, enlever de force

factum, i, n. : le fait, l'action, le travail, l'ouvrage

frango, is, ere, fregi, fractum :1. briser, rompre, fracasser 2. mettre en pièces 3. anéantir

jacto, as, are : 1. jeter, lancer 2. agiter 3. débattre 4. jeter avec ostentation, vanter

latus, eris, n. : le côté

litus, oris, n. : rivage

membrum, i, n. (généralement au plur) : membre, organe

moenia, ium, n. : les murs, les murailles

porta, ae, f. : porte (d'une ville), ouverture

praesens, entis : présent

saevus, a, um : cruel

saxum,i,n : pierre, rocher, roche

sedes, is, f. : le siège, la place, le séjour (pl)

solvo, is, ere, vi, utum : détacher, payer, dénouer

summus, a, um : superlatif de magnus. très grand, extrême

tendo, is, ere, tetendi, tensum : tendre

torqueo, es, ere, torsi, tortum : 1. tordre, tourne , lancer 2. tourmenter, torturer

velut, inv. : comme


fréquence 3 :

aestus, us, m. : chaleur, bouillonnement, vagues, marée

aperio, is, ire, ui, apertum : ouvrir, mettre au grand jour

ater, tra, trum : noir.

averto, is, ere, ti, sum : détourner

clamo, as, are : crier

creber, bra, brum : fréquent. pl. nombreux

dictum, i, n. : la parole

effundo, is, ere, fudi, fusum : répandre, disperser

frigus, oris, n. : le froid, la froidure

impello, is, ere, puli, pulsum : heurter contre, ébranler

insequor, eris, i, secutus sum : suivre, poursuivre, continuer; s'ensuivre

lateo, es, ere, latui : se cacher

nubes, is, f. : le nuage, la nue, la nuée

pendeo, es, ere, pependi, - : être suspendu

pontus, i, m. : la haute mer, la mer

queo, is, ire, ii ou ivi, itum : pouvoir

ruo, is, ere, rui, rutum : se précipiter, se ruer (intr); tomber, s'écrouler; lancer violemment, projeter (tr)

subito, inv. : subitement, soudain

una, adv. : ensemble, en même temps

urgeo, es, ere, ursi, - : presser, accabler

vastus, a, um : vide, désert, désolé, vaste

velum, i, n. : la voile


fréquence 4 :

aether, eris, m : le ciel

agger, eris, m. : amoncellement, amas; terrasse, remblai

altum, i, n. : haute mer, le large

cavus, a, um : creux

cingo, is, ere, cinxi, cinctum : ceindre, entourer

corripio, is, ere, ripui, reptum : saisir, s'emparer de

en, suivi du nom. ou de l'acc. : voici

ferio, is, ire : frapper

furo, is, ere : être hors de soi, être fou; se déchaîner, être en furie

immanis, e : monstrueux, énorme

medium, ii, n. : milieu, centre

porto, as, are : porter

remus, i, m. : la rame

scutum, i, n. : le bouclier

subitus, a, um : soudain, subit

ter, inv. : trois fois

vadum, i, n. : le bas-fond

volvo, is, ere, , volui, volutum : faire rouler, rouler, remuer

ne pas apprendre :

abripio,is,ere, ripui, reptum : enlever, arracher

Aeacides,ae, m : Eacide, descendant d'Eaque (Achille en est le petit-fils)

Aeneas,ae : Enée

Iliacus,a,um : d'Ilion, de Troie

illido, is,ere,si,sum : frapper sur, briser contre

incumbo,is,ere,incubui,incubitum : se coucher sur, se jeter sur, assaillir

intono,as,are,intonui : se mettre à tonner, tonner

praeruptus,a,um : abrupt, escarpé, violent

rudens, rudentis : le cordage

Sarpedon, onis : Sarpédon, fils de Jupiter, roi des Lyciens et allié de Troyens

Simoïs, entis : le Simoïs, rivière proche de Troie

syrtes, um : les hauts-fonds, les bancs de sable; Syrtes,um : les Syrtes, hauts fonds entre Cyrène et Carthage

adgero, geris, gerere, gessi, gestum : rassembler, apporter

Africus, a, um : africain (substantivé = Africus, vent du Sud Ouest)

Aquilo, onis, f. : aquilon, vent du nord, nord

cumulus, i, m. : amas, surplus, comble, couronnement

cuspis, idis, f. : la pointe, l'arme, l'objet pointu

Danai, orum : les Danaens, les Grecs

dehisco, is, ere : se fendre, s'entrouvrir

dextra, ou dextera, ae, f. : la main droite

dorsum, i, n. : dos

duplex, icis : double

duplico, as, are : doubler, redoubler

Eurus, i, m. : l'Eurus (vent du sud-est)

extemplo, adv. : aussitôt, sur-le-champ

fluctus, us, m. : flot

fortissime, adv. : très courageusement

frigor, oris, m. : froid, frisson

galea, ae, f. : le casque

harena, ae, f. : le sable (s'écrit aussi : arena,ae)

Hector, oris, m. : Hector

illido, is, ere, lisi, lisum : frapper contre

imus, a, um : le plus profond de, le fond de

incubo, as, are, bui, bitum : être couché dans, couver, veiller

ingemo, is, ere, gemui, itum : se mettre à gémir, gémir

intento, as, are : tendre contre, présenter qqch à qqn, menacer qqn (datif) de (accusatif)

Italus, a, um : italien

mico, as, are, micui : s'agiter, briller

miserabilis,is,e : pitoyable, digne de pitié

Notus,i : le Notus (vent du Sud, orageux)

occumbo, is, ere, cubui, cubitum : atteindre (en tombant), rencontrer, trouver (+ D.); tomber, succomber

oppeto, is, ere : aller au devant, affronter

palma, ae, f. : la palme, la paume de la main, le palmier, la datte

perflo, as, are : souffler sur toute l'étendue de (accusatif)

polus, i, m. : le pôle, le ciel

procella, ae, f. : la tempête, l'ouragan

prora, ae, f. : la proue

quater, adv. : quatre fois

sidus, eris, n. : étoile, astre

strideo, es, ere : siffler, grésiller

stridor, oris, m. : le son aigu, le grincement, le sifflement

Teucri, orum, m. : les Troyens

tres, ium : trois

Troia, ae, f. : Troie

turbo, onis, f. : le tourbillon, le tourbillonnement

Tydides,ae : fils de Tydée (Diomède, grec)

vertex,icis : le sommet (a vertice : à partir du sommet, = d'en-haut)

Traduction au plus près du texte

La tempête (Énéide I, 81-123)

Lorsqu'il eut dit cela, avec sa lance retournée il frappa (v82) la montagne creuse 81

Dans le flanc; et les vents, comme une armée en marche ayant été constituée,

Par là où une issue (porta) avait été donnée, se précipitent, et soufflent sur les terres avec leur tourbillon.

Ils se sont abattus sur la mer, et ils la soulèvent (ruunt 85) tout entière depuis ses assises les plus profondes ,

Tous ensemble, l'Eurus, le Notus, l'Africus abondant en bourrasques, 85

Et ils roulent d'énormes vagues vers les rivages.

Il s'ensuit à la fois le cri des hommes et le sifflement du grément (des câbles).

Des brumes, soudain, arrachent <la vue du> ciel et du jour

Aux yeux des Troyens; sur la haute mer s'abat une nuit opaque.

Les cieux se sont mis à tonner, l'éther scintille de feux abondants, 90

Et toutes choses font voir aux hommes la mort présente.

Soudain les membres d'Enée sont paralysés (liquéfiés!) par le froid ;

Il se met à gémir et, tendant vers les astres ses deux paumes (ses deux mains),

Il rejette de telles paroles par sa voix : " Ô trois et quatre fois heureux,

Ceux auxquels (quis=quibus), devant les visages (=sous les yeux) de leur père, sous les hauts remparts de Troie, 95

Il est arrivé par bonheur de périr! Ô toi le plus courageux de la race des Danaens (= des grecs),

Fils de Tydée, est-ce que je n'aurais pas pu (mene non potuisse) tomber dans les plaines d'Ilion,

Et laisser échapper cette âme que voici sous ta main droite,

Là où (ubi) à cause de l'arme de l'Eacide est étendu Hector, là où <est étendu> l'énorme

Sarpédon, là où le Simois, sous ses flots, roule tant de boucliers, de casques, de corps solides des héros, les ayant saisis (ou dévorés : correpta v 100)." 100

Pour lui qui jetait ces mots (datif d'intérêt), à cause de l'Aquilon, une bourrasque sifflante

Arrivée de face (adversa) frappe la voile et soulève une vague jusqu'aux astres.

Les rames se brisent, alors la proue se détourne et présente (dat)

Son côté aux flots (undis), il s'ensuit, avec sa masse accumulée (cumulo), une montagne d'eau. 105

Les uns (hi) sont suspendus au sommet de la vague; pour les autres (his) , le flot, en se fendant,

Découvre la terre au milieu des vagues, un bouillonnement (aestus) se déchaîne, avec du sable.

Le Notus en fait tournoyer trois (bateaux) qu'il a arrachés sur des écueils cachés

(les Italiens appellent Autels ces rochers qui <sont> au milieu des flots,

croupe monstrueuse au plus profond de la mer), L'Eurus en précipite trois depuis le large 110

sur des bas-fonds et des bancs de sable (chose pitoyable à voir),

les brise contre les récifs et les entoure d'une muraille de sable.

L'un, qui transporte les Lyciens et le fidèle Oronte,

Une lame énorme, d'en haut, sous les yeux mêmes d'Enée,

Le frappe contre la poupe; le pilote est arraché et, en avant, 115

Roulé la tête la première, mais trois fois, au même endroit, la vague

Fait tournoyer le navire en le poussant circulairement, et un tourbillon vorace l'avale, sur la mer.

De rares nageurs sont visibles sur l'abîme profond,

Des armes des héros, des planches, et les trésors de Troie.

Déjà la tourmente a vaincu (vers 42) le solide vaisseau d'Ilionée, celui du courageux Achate, 120

Et celui par lequel Abas est transporté, et celui par lequel l'est le vieil Aletes;

Comme les assemblages de leurs flancs sont disloqués, tous

Reçoivent les paquets de mer hostiles, et s'ouvrent à cause des fissures.


Comment on traduisait au 19ème siècle … : Traduction J. Delille (1813)

Haec ubi dicta, cavum conversa cuspide montem

Impulit in latus; ac venti, velut agmine facto,

Qua data porta, ruunt, et terras turbine perflant.

Incubuere mari, totumque a sedibus imis

Una Eurusque Notusque ruunt creberque procellis

Africus, et vastos volvunt ad litora fluctus.

Il dit; et, du revers de son sceptre divin,

Du mont frappe les flancs : ils s'ouvrent, et soudain

En tourbillons bruyants l'essaim fougueux s'élance,

Trouble l'air, sur les eaux fond avec violence;

L'Eurus, et le Notus, et les fiers Aquilons,

Et les vents de l'Afrique en naufrages féconds,

Tous bouleversent l'onde, et des mers turbulentes

Roulent les vastes flots sur leurs rives tremblantes.


Insequitur clamorque virum stridorque rudentum.

Eripiunt subito nubes caelumque diemque

Teucrorum ex oculis : ponto nox incubat atra.

Intonuere poli et crebris micat ignibus aether;

Praesentemque viris intentant omnia mortem.

On entend des nochers les tristes hurlements,

Et des câbles froissés les affreux sifflements;

Sur la face des eaux s'étend la nuit profonde;

Le jour fuit, l'éclair brille, et le tonnerre gronde;

Et la terre et le ciel, et la foudre et les flots,

tout présente la mort aux pâles matelots.


Extemplo Aeneae solvuntur frigore membra;

Ingemit, et duplices tendens ad sidera palmas,

Talia voce refert : « 0 terque quaterque beati

Quis ante ora patrum, Trojae sub moenibus altis,

Contigit oppetere ! o Danaum fortissime gentis

Tydide ! mene Iliacis occumbere campis

Non potuisse, tuaque animam hanc effundere dextra,

Saevus ubi Aeacidae telo jacet Hector, ubi ingens

Sarpedon, ubi tot Simois correpta sub undis

Scuta virum galeasque et fortia corpora volvit ? »

Énée, à cet aspect, frissonne d'épouvante.

Levant au ciel ses yeux et sa voix suppliante:

"Heureux, trois fois,heureux. , ô vous qui, sous nos tours,

Aux yeux de vos parents terminâtes vos jours!

0 des Grecs le plus brave et le plus formidable ,

Fils de Tydée, hélas! sous ton bras redoutable,

Dans les champs d'IIion, les armes à la main

Que n'ai-je pu finir mon malheureux destin ;

Dans ces champs où d'Achille Hector devint la proie,

Où le grand Sarpédon périt aux yeux de Troie, ,

Où le Xanthe effrayé roule encor dans ses flots

Les casques et les dards, et les corps des héros! »


Talia jactanti stridens Aquilone procella

Velum adversa ferit, fluctusque ad sidera tollit.

Franguntur remi; tum prora avertit et undis

Dat latus; insequitur cumulo praeruptus aquae mons.

Il dit. L'orage affreux qu'anime encor Borée

siffle et frappe la voile à grand bruit déchirée;

Les rames en éclats échappent au rameur ;

Le vaisseau tourne au gré des vagues en fureur,

Et présente le flanc au flot qui le tourmente.


Hi summo in fluctu pendent; his unda dehiscens

Terram inter fluctus aperit; furit aestus harenis.

Soudain , amoncelée en montagne écumante,

L'onde bondit : les uns sur la cime des flots

Demeurent suspendus; d'autres au fond des eaux

Roulent, épouvantés de découvrir la terre :

L'onde en grondant répond aux éclats du tonnerre;

Le fond des mers bouillonne; et les sables mouvants

Sont poussés par les flots et battus par les vents.


Tres Notus abreptas in saxa latentia torquet

(Saxa vocant Itali, mediis quae in fluctibus, Aras,

Dorsum immane mari summo), tres Eurus ab alto

In brevia et syrtes urget, miserable visu,

Illiditque vadis atque aggere cingit harenae.

Contre ces grands écueils qui, cachés dans l'abîme,

Ne découvrent aux yeux que leur énorme cime,

Et sous le nom d'Autels s'enfoncent dans les eaux,

Le rapide Notus a porté trois vaisseaux:

Trois autres, par l'Eurus , ô spectacle effroyable!

Sont jetés, entraînés, enchaînés par le sable.


Traduction André Bellessort, les Belles Lettres, 1962 vers 81-122


A ces mots, du fer de sa lance , il a frappé violemment sur le flanc de la montagne creuse. Les vents, comme formés en colonne, se ruent par la porte qui s'ouvre, et la terre n'est plus qu'un tourbillon. Ils se sont jetés sur la mer; l'Eurus, le Notus, l'Africus chargé d'oura­gans, se conjurent, l'arrachent tout entière de ses profonds abîmes et roulent sur les rivages des lames énormes. Les clameurs des hommes se mêlent au cri strident des câbles. Les nuages dérobent subitement aux yeux des Troyens le ciel et le jour. Une nuit téné­breuse se couche sur les eaux. Les cieux tonnent; l'air s'illumine criblé d'éclairs. Les hommes ne voient autour d'eux que la présence de la mort. Énée sent tout à coup ses membres glacés. Il gémit et, les paumes de ses mains tendues vers les astres : « Trois et quatre fois heureux, s'écrie-t-il, ceux qui, sous les yeux de leurs parents, devant les hauts murs de Troie, eurent la chance de trouver la mort ! O fils de Tydée, le plus courageux de la race des Grecs, que n'ai-je pu tomber dans la plaine d'Ilion et rendre l'âme sous tes coups, là où le fer de l'Eacide étendit le farouche Hector, là où fut terrassé l'énorme Sarpédon, là où le Simoïs a saisi et roulé dans son onde tant de boucliers, de casques et de robustes corps ! »

Comme il jetait ces mots, la tempête, où l'Aquilon siffle, frappe en plein sa voile et soulève les flots jusqu'au ciel 2. Les rames se brisent ; la proue vire et découvre aux vagues le flanc du vaisseau ; et aussitôt arrive avec toute sa masse une abrupte montagne d'eau. Les uns restent suspendus à la cime; les autres au fond du gouffre béant aperçoivent la terre; l'eau et le sable bouillon­nent furieusement. Le Notus fait tournoyer trois navires et les jette sur des rocs cachés (ces rocs que les Italiens nomment Autels, et qui, au milieu de la mer, en affleu­rent la surface comme un dos monstrueux). L'Eurus en précipite trois autres de la haute mer sur des bas fonds, des Syrtes, pitoyable spectacle ! et les broie contre les écueils ou les enlise dans les sables.




Traduction J.Perret, Les Belles Lettres, CUF, 1992 vers 92-107


Énée, soudain, sent un froid qui dénoue ses membres ; il gémit et, tendant ses deux mains vers les astres , il profère ces mots : « Ô trois et quatre fois heureux ceux auxquels il échut de périr à la face de leurs pères, sous les hautes murailles de Troie ! Ô le plus valeureux de la race des Danaens, fils de Tydée, que n’ai-je pu tomber dans les plaines d’Ilion, exhaler cette âme sous les coups de ton bras, aux lieux où gît le terrible Hector, frappé du fer de l’ Éacide, et Sarpédon, guerrier titanesque, où le Simoïs sous ses ondes roule, entraînés si nombreux, les boucliers des héros, leurs casques, leurs corps puissants ! » Comme il jetait aux vents ces paroles, une bourrasque où siffle l’Aquilon frappe droit contre sa voile et soulève les flots jusqu’aux astres ; les rames sont brisées, alors la proue se détourne et expose aux vagues le flanc du bateau ; aussitôt, abrupte, de toute sa masse, survient une montagne liquide ; les uns sont suspendus à la crête du flot, à d’autres l’onde béante découvre la terre entre les flots, des sables bouillonnent avec fureur.



Intertextualité :

RABELAIS Quart Livre, (translation de L'Intégrale, Editions du Seuil 1973)


Chapitre 18 : Comment Pantagruel échappa à une violente tempête en mer


Aussitôt la mer commença à s'enfler et à s'agiter en profondeur; de fortes vagues se mirent à battre les flancs de nos vaisseaux; le mistral, accompagné d'un ouragan effréné de grains noirs, de tourbillons terribles, de bourrasques mortelles, se mit à siffler à travers les vergues de nos navires; le ciel se mit à tonner, gronder, se zébrer d'éclairs, pleuvoir et grêler; l'air perdit sa transparence, devint opaque, ténébreux et sombre, si bien que la lumière ne provenait que de la foudre, des éclairs et des déchirements des nuées en flammes; les vents violents, bourrasques, tourbillons et météores brûlants jetèrent des flammes tout autour de nous : foudres, éclairs blancs, éclairs en zigzag et autres projections du ciel; tous nos repères astraux étaient cachés et troubles; des tourbillons effrayants suspendaient les hautes vagues du courant. Soyez sûrs que nous croyions revivre le chaos de la mythologie, où feu, air, mer, terre, tous les éléments, étaient en une confusion rebelle.

Panurge, après avoir bien rassasié les poissons mâche-merde du contenu de son estomac, resta accroupi sur le tillac, tout affligé, tout chagriné et à demi mort; il invoqua tous les bons saints et saintes à son aide, promit de se confesser en temps et lieu, puis se mit à crier ces paroles :

" Majordome, hé mon ami, mon père, mon oncle, apportez un peu de salé : bientôt nous allons trop boire à ce que je vois. Peu manger, bien boire sera désormais ma devise. Plût à Dieu et à la Vierge bénie, digne et sainte, que je fusse maintenant, je veux dire à cette heure même, en terre ferme, bien à mon aise.

" Oh, que ceux qui plantent des choux sont trois ou quatre fois plus heureux que nous! 0 Parques, que ne m'avez-vous destiné à être planteur de choux! Oh qu'en petit nombre sont ceux à qui Jupiter a accordé une telle faveur, en les destinant à planter des choux! En effet, ils ont toujours un pied en terre et l'autre n'en est pas loin. Disserte sur le bonheur et le souverain bien qui voudra; mais je décrète à l'instant que celui qui plante des choux est un homme fort heureux, à plus juste raison que Pyrrhon qui, se trouvant face au même danger que nous, et voyant sur le rivage un porc qui mangeait de l'orge répandue à terre, le déclara fort heureux pour deux motifs : à savoir qu'il avait de l'orge à foison, et qu'en outre il se trouvait en terre ferme.

" Ha! comme séjour digne d'un dieu et d'un seigneur, il n'est que le plancher des vaches. Cette vague nous emportera, Dieu sauveur! Oh, mes amis, un peu de vinaigre. Je sue à force de râler de peur. Hélas, les drisses sont rompues, l'amarre de proue est en pièces, les anneaux éclatent, le gouvernail du haut de hune plonge en mer, la carène est au soleil, nos câbles sont presque tous rompus. Hélas, hélas, où sont nos voiles? Tout est capoutte par Gott. Notre voile de mât de misaine est à vau-l'eau. Hélas, à qui appartiendra cette épave ? Mes amis, portez-moi ici, par-derrière une de ces rambardes. Amis, votre cordage pour haler est tombé. Hélas! Ne lâchez pas l'organeau, ni le cordage. J'entends grincer les gonds du gouvernail. Sont-ils cassés? Mon Dieu, sauvons le câble du canon; ne vous souciez pas de la drisse. Bebebe, bous, bous, bous! Regardez à l'aiguille de votre boussole, de grâce, maître Astrophile, d'où nous vient cette tempête. Par ma foi, j'ai une belle peur. Bou, bou, bou, bous, bous. C'en est fait de moi."




Mots de liaisons


Achille bonheur bravoure étoile foudre Hector mer mort piété et pietas Sarpédon Troie

Valid XHTML 1.0!