Evandre - 03 du domaine donné à sa nourrice

           

03 du domaine donné à sa nourrice (Lettres Livre 06, Pline le Jeune)

Format pdf : Texte au format PDF

le sens des services rendus

Pline le Jeune

Ep VI 03


C. PLINIUS VERO SUO S.


Gratias ago quod agellum quem nutrici meae donaveram colendum suscepisti. Erat , cum donarem, centum millium nummum, postea decrescente reditu etiam pretium minuit, quod nunc te curante reparabit. Tu modo memineris commendari tibi a me non arbores et terram, quamquam haec quoque, sed munusculum meum; quod esse quam fructuosissimum non illius magis interest, quae accepit, quam mea, qui dedi. Vale.




Vocabulaire :

Fréquence 1 :

a, prép. : + Abl. : à partir de, après un verbe passif = par

accipio, is, ere, cepi, ceptum : recevoir, apprendre (acceptus, a, um : bien accueilli, agréable)

ago, is, ere, egi, actum : 1. mettre en mouvement, pousser 2. faire, traiter, agir; 3. gratias agere : remercier, rendre grâce.

do, das, dare, dedi, datum : donner

ego, mei : je

et, conj. : et, aussi

etiam, adv. : encore, en plus, aussi, même, bien plus

gratia, ae, f. : la grâce, la reconnaissance (gratias agere = remercier)

hic, haec, hoc : ce, cette, celui-ci, celle-ci

ille, illa, illud : ce, cette, celui-ci, celle-ci, il, elle

magis, adv. : plus (… quam : que…)

meus, mea, meum : mon

mille, n. pl. milia, ium : mille (milia : quand il s'agit de plusieurs milliers)

modo, adv. : seulement ; naguère, il y a peu (modo... modo... tantôt... tantôt...)

non, neg. : ne...pas

nunc, adv. : maintenant

quam + superlatif : le plus … possible

qui, quae, quod, pr. rel : qui, que, quoi, dont, lequel...

quod, 1. pronom relatif nom. ou acc. neutre singulier : qui, que 2. faux relatif = et id 3. conjonction : parce que, le fait que

quoque, adv. : aussi

sed, conj. : mais

sum, es, esse, fui : être ; en tête de phrase : il y a

terra, ae, f. : terre

tu, tui : tu, te, toi


fréquence 2 :

arbor, oris, f. : l'arbre

colo, is, ere, colui, cultum : honorer, cultiver, habiter

curo, as, are : se charger de, prendre soin de

dono, as, are : alicui aliquod, ou aliquem aliqua re : donner qqch à qqn

intersum, es, esse, fui : participer à; expressions à connaître : mea, tua interest : il m'importe, il t'importe … etc. ; alicujus interest : il importe à qqn.

memini, isse, (impér. memento) : se souvenir

postea, adv. : ensuite

pretium, ii, n. : le prix, la valeur, la récompense, le salaire

quamquam, quanquam + ind. : bien que

valeo, es, ere, ui, itum : avoir de la valeur, être fort (vale, inv. : adieu, au revoir)



fréquence 3 :

centum, inv. : cent

suscipio, is, ere, cepi, ceptum : 1. prendre par-dessous, soutenir, soulever, engendrer, accueillir 2. prendre sur soi, assumer, entreprendre, subir


ne pas apprendre :

agellus,i,m : le tout petit champ

commendo, as, are : confier

decresco,is,ere,crevi,cretum : décroître

fructuosus,a,um : qui rapporte, fertile, avantageux, profitable, rentable

minuo, is, ere, ui, utum : concasser, mettre en pièces, amoindrir; diminuer

munusculum, i, n. : petit cadeau

nummus, i, m. : argent, monnaie, sesterce

nutrix, icis, f. : nourrice

reditus, us, m. : le retour; le retour sur investissement := le revenu

reparo, as, are : remettre en état, rétablir; retrouver



Traduction au plus près du texte :


Mon cher Vérus,

Je vous remercie d'avoir entrepris de cultiver le tout petit champ que j'avais donné à ma nourrice. Il valait, lorsque je le lui donnais, cent mille sesterces, puis, comme son revenu décroissait, son prix aussi diminua, <prix> qu'il retrouvera, puisque maintenant vous vous en occupez. Souvenez-vous seulement, vous, que ce ne sont pas des arbres et de la terre que je vous confie, bien que <je vous confie> ces choses-là aussi, mais un petit cadeau : et le fait que celui-ci soit le plus rentable possible n'a pas plus d'intérêt pour celle qui l'a reçu, que pour moi, qui en ai fait don. Adieu.

Pline


Travail sur traduction :

Ed Ernest Flammarion , Paris, décembre 1933

Ou… comment on traduisait le latin dans les années trente…

Pline à Vérus

Je vous rends grâce de la bonté que vous avez de faire valoir la petite terre que j'ai autrefois donnée à ma nourrice. Lorsque je lui en fis don, elle était estimée cent mille sesterces; ensuite la diminution du revenu en avait déprécié le fonds, qui reprendra par vos soins sa première valeur. Souvenez-vous surtout que ce ne sont ni les arbres, ni la terre, que je vous recommande (quoique je compte aussi sur vos soins pour tout cela) ; ce que je vous recommande, c'est le présent que j'en ai fait. Celle qui l'a reçu n'a pas plus d'intérêt à le voir fructifier que moi qui l'ai offert. Adieu




Mots de liaisons


bienfait devoir nourrice profit

Valid XHTML 1.0!