Evandre - 29 32 contre la conception stoïcienne

           

29 32 contre la conception stoïcienne (Tusculanes Livre 02, Cicéron)

Format pdf : Texte au format PDF

la douleur existe réellement

Tusc. II, 29-32 La douleur existe : les Stoïciens ont tort

Texte latin


29 Concludunt ratiunculas Stoici, cur non sit malum; quasi de verbo, non de re laboretur. Quid me decipis, Zeno ? Nam cum id, quod mihi horribile videtur, tu omnino malum negas esse, capior et scire cupio quo modo id quod ego miserrimum existimem ne malum quidem sit. " Nihil est ", inquit, " malum, nisi quod turpe atque vitiosum est ". Ad ineptias redis. Illud enim, quod me angebat, non eximis. Scio dolorem non esse nequitiam; desine id me docere ; hoc doce, doleam necne doleam nihil interesse. " Numquam quicquam ", inquit, " ad beate quidem vivendum, quod est in una virtute positum ; sed est tamen rejiciendum ". Cur? " Asperum est, contra naturam, difficile perpessu, triste, durum". XIII 30 Haec est copia verborum, quod omnes uno verbo malum appellamus, id tot modis posse dicere. Definis tu mihi, non tollis dolorem, cum dicis asperum, contra naturam, vix quod ferri tolerarique possit; nec mentiris ; sed re succumbere non oportebat verbis gloriantem. " Dum nihil bonum, nisi quod honestum, nihil malum, nisi quod turpe " - optare hoc quidem est, non docere. Illud et melius et verius, omnia quae natura aspernetur, in malis esse, quae adsciscat, in bonis. Hoc posito et verborum concertatione sublata tantum tamen excellet illud, quod recte amplexantur isti, quod honestum, quod rectum, quod decorum appellamus, quod idem interdum virtutis nomine amplectimur, ut omnia praeterea, quae bona corporis et fortunae putantur, perexigua et minuta videantur, < igitur > ne malum quidem ullum nec si in unum locum conlata omnia sint, cum turpitudinis malo comparanda. 31 Quare si, ut initio concessisti, turpitudo pejus est quam dolor, nihil est plane dolor. Nam dum tibi turpe nec dignum viro videbitur gemere, ejulare, lamentari, frangi, debilitari dolore, dum honestas, dum dignitas, dum decus aderit, tuque in ea intuens te continebis, cedet profecto virtuti dolor et animi inductione languescet. Aut enim nulla virtus est aut contemnendus omnis dolor. Prudentiamne vis esse, sine qua ne intellegi quidem ulla virtus potest ? Quid ergo ? ea patieturne te quicquam facere nihil proficientem et < frustra > laborantem, an temperantia sinet te immoderate facere quicquam, an coli justitia poterit ab homine propter vim doloris enuntiante commissa, prodente conscios, multa officia relinquente ? 32 Quid ? fortitudini comitibusque ejus, magnitudini animi, gravitati, patientiae, rerum humanarum despicientiae quo modo respondebis ? adflictusne et jacens et lamentabili voce deplorans audieris : " 0 virum fortem ! " ? Te vero ita adfectum ne virum quidem quisquam dixerit. Amittenda igitur fortitudo est aut sepeliendus dolor.


Vocabulaire par ordre de fréquence :


fréquences 1 et 2

amitto,is,ere,misi,missum : renoncer à, renvoyer, perdre

an ? : est-ce que vraiment ?

animus,i : âme, courage

audio,is,ire,ivi,itum : entendre, entendre dire

autem : mais, or

colo,is,ere,colui,cultum : cultiver, honorer, pratiquer

comes,itis : compagnon, compagne

committo,is,ere,… : confier

contemno,is,ere,psi,ptum : mépriser, dédaigner

contineo,es,ere,ui, tentum : contenir, maîtriser

de + abl : hors de, du haut de, d'après

difficilis,is,e : difficile

discedo,is,ere,cessi,cessum : s'éloigner, quitter

dolor,oris : douleur

durus,a,um : dur

ergo : alors, eh bien

fortis,is,e : courageux, vaillant

fortitudo,inis : courage, vaillance

gravitas,atis : gravité, sérieux

humanus,a,um : humain

igitur : donc, par conséquent

inquam, inquit : dis-je, dit-il

jaceo,es,ere,ui : être allongé à terre

laboro,as,are : faire effort, travailler

magnitudo,inis : grandeur (d'âme)

malum,i : le mal

minuo,is,ere,ui,utum : diminuer, réduire

numquam : ne jamais

officium,ii : devoir, obligation

patior,eris,i,passus sum : supporter, endurer, souffrir

patientia,ae : endurance, patience

possum,es,esse,potui : pouvoir

praeterea : en outre

propter + acc : à cause de

prudentia,ae : sagesse, prévoyance

quare : pourquoi ; c’est pourquoi

quasi : comme si, comme

quidem (ne … quidem) : en tout cas (ne pas même)

quisquam,quaequam, quicquam : quelqu'un

redeo,is,ire,ivi,itum : revenir

relinquo,is,ere,qui,ctum : délaisser, abandonner

res,rei : chose

respondeo,es,ere,di,sum : répondre

scio,is,ire,scivi,scitum : savoir

sed : mais

tamen : pourtant, cependant

tot : autant de, tant de, si nombreux

unus, a um (G. ius) : un seul

vero : mais, de fait, en vérité

vis,vim : force, violence

vir,viri : homme, héros

virtus,utis : vertu

vox,vocis : voix, mot



fréquences 3 et 4 :

amplector,eris,i : embrasser

comparo,as,are : comparer

conscius,a,um : associé, complice

decorus,a,um : bienséant, beau

doleo,es,ere,ui : souffrir

interdum : quelquefois

intueor,eris,eri, tuitus sum : regarder

lamentor,aris,ari : se plaindre, se lamenter

prodo,is,ere,didi,ditum : trahir, livrer, dénoncer

recte : droit, à bon droit, bien

sepelio,is,ire,pelui,pultum : ensevelir, enterrer

sino,is,ere,sivi,situm : laisser, permettre

tolero,as,are : supporter, endurer


Ne pas apprendre

ango,is,ere,anxi : serrer, étrangler,

beate : de façon heureuse

debilito,as,are : affaiblir

ejulo,as,are : se lamenter, se plaindre

enuntio,as,are : révéler, divulguer

glorior,aris,ari : se glorifier, tirer vanité

horribilis,is,e : horrible, affreux

immoderate : sans mesure

ineptiae,arum : sottise, stupidité

justitia,ae : justice

lamentabilis,is,e : plaintif, lamentable

languesco,is,ere : tomber malade, s’affaiblir

mentior,iris,iri : mentir, tromper, se tromper, contrefaire

necne : ou non

perexiguus,a,um : tout petit, minuscule

perpetior,eris,i,pessus sum : endurer jusqu’au bout

ratiuncula,ae : pauvre petit raisonnement

rejicio,is,ere : rejeter

stoicus,i : stoïcien

temperantia,ae : contrôle de soi, tempérance

vitiosus,a,um : vicié, corrompu, altéré, fautif, dépravé


Traduction au plus près du texte :

29 Les Stoïciens forment de petits raisonnements <pour montrer> pourquoi elle n’est pas un mal ; comme si <c’était> au sujet du mot, et non au sujet de la chose, <qu’> on se mettait en peine. Pourquoi me trompes-tu, Zénon ? Car lorsque ce qui, à moi, me semble effrayant, tu affirmes, toi, que ce n’est absolument pas un mal, je suis séduit, et je désire savoir comment ce que moi, je juge très malheureux n’est même pas un mal.

30

Ceci étant posé, et la querelle de mots une fois supprimée, cela seulement cependant s’imposera, que ces gens-là aiment avec raison (= ont raison d’aimer), ce que nous appelons le beau <moral>, le correct, l’honorable, ce que, de même, parfois nous embrassons sous le nom de la vertu, si bien que toutes les choses outre cela qui sont considérées comme des biens du corps et de la fortune , semblent minuscules et insignifiantes, et donc que pas même un seul mal ni tous les maux (cf. pluriel neutre) s’ils ont été rassemblés en un seul lieu, ne peuvent être comparés au mal de la honte (laideur morale).

31 C’est pourquoi si, comme tu l’a reconnu au début, la honte (laideur morale) est chose pire que la douleur, clairement (= il est clair que) la douleur n’est rien. Car aussi longtemps qu’il te paraîtra honteux (laid) et indigne d’un homme de gémir, de crier, de se lamenter, d’être brisé et affaibli par la douleur, aussi longtemps que la beauté morale, la dignité, l’honneur seront là, et que, les regardant, tu te maîtriseras, assurément, elle cédera à la vertu, ta douleur, et , à cause de la détermination de ton âme, elle faiblira. En effet ou bien aucune vertu n’existe (la vertu est nulle), ou bien toute douleur doit être méprisée. (la proposition en caractères gras est la base du raisonnement qui suit, la réponse à toutes les questions posées) Veux-tu que le discernement (la sagesse) existe, sans lequel aucune vertu ne peut même être comprise ? Quoi donc ? Est-ce que celui-ci (celle-ci) endurera que tu fasses quoi que ce soit sans en tirer aucun profit et en faisant effort en vain, est-ce que la tempérance te laissera faire quoi que ce soit sans mesure, est-ce que la justice pourra être pratiquée par un homme qui, à cause de la violence de la douleur, révèle les choses qui lui sont confiées, trahit ses associés, délaisse ses nombreux devoirs ?

32 Quoi ? Au courage et à ses compagnons - la grandeur d’âme, la gravité (le sérieux ?), la patience (l’endurance), le mépris des choses humaines – comment répondras-tu ? Est-ce que <si tu es> abattu, gisant à terre, geignant d’une voix plaintive, on dira de toi (littéralement : tu seras entendu dire, tu auras la réputation…) : « Oh ! l’homme courageux ! » Mais, toi, ainsi affecté, personne ne t’appellera même un homme. Il faut donc perdre (renoncer au) le courage, ou bien ensevelir <au fond de soi> la douleur.


Mots de liaisons


bonheur courage douleur langage morale nature réalité stoïciens vertu Zénon

Valid XHTML 1.0!