Evandre - 37 41 Il faut s'habituer à la douleur

           

37 41 Il faut s'habituer à la douleur (Tusculanes Livre 02, Cicéron)

Format pdf : Texte au format PDF

le prix du bonheur

Tusc. II 37-41 : Il faut s'habituer à la douleur


Texte latin


XVI 37 Militiam vero - nostram dico, non Spartiatarum, quorum procedit ad modum <acies> ac tibiam, nec adhibetur ulla sine anapaestis pedibus hortatio - nostri exercitus primum unde nomen habeant, vides; deinde qui labor, quantus agminis : ferre plus dimidiati mensis cibaria, ferre, si quid ad usum velint, ferre vallum; nam scutum, gladium, galeam in onere nostri milites non plus numerant quam umeros, lacertos, manus. Arma enim membra militis esse dicunt; quae quidem ita geruntur apte, ut, si usus fuerit, abjectis oneribus expeditis armis ut membris pugnare possint. Quid ? exercitatio legionum, quid ? ille cursus, concursus, clamor quanti laboris est ! Ex hoc ille animus in proeliis paratus ad vulnera. Adduc pari animo inexercitatum militem, mulier videbitur. 38 Cur tantum interest inter novum et veterem exercitum quantum experti sumus ? Aetas tironum plerumque melior, sed ferre laborem, contemnere vulnus consuetudo docet. Quin etiam videmus ex acie efferri saepe saucios, et quidem rudem illum et inexercitatum quamvis levi ictu ploratus turpissimos edere ; at vero ille exercitatus et vetus ob eamque rem fortior medicum modo requirens, a quo obligetur :

0 Patricoles, inquit, ad vos adveniens auxilium et vestras manus

Peto, prius quam oppeto malam pestem mandatam hostili manu,

Neque sanguis ullo potis est pacto profluens consistere,

Si qui sapientia magis vestra mors devitari potest.

Namque Aesculapi liberorum saucii opplent porticus;

Non potest accedi.

- Certe Eurypylus hic quidem est, hominem, exercitum !


XVII 39 Ubi tantum luctus continuatur, vide quam non flebiliter respondeat, rationem etiam adferat cur aequo animo sibi ferendum sit :

Qui alteri exitium parat,

Eum scire oportet sibi paratam pestem ut participet parem.

Abducet Patricoles, credo, ut conlocet in cubili, ut vulnus obliget. Siquidem homo esset ; sed nihil vidi minus. Quaerit enim quid actum sit :

Quiesce igitur et vulnus adliga. Etiamsi Eurypylus posset, non posset Aesopus :

Ubi fortuna Hectoris nostram acrem aciem inclinatam ...

et cetera explicat in dolore. Sic est enim intemperans militaris in forti viro gloria. Ergo haec veteranus miles facere poterit, doctus vir sapiensque non poterit ? Ille vero melius, ac non paulo quidem. 40 Sed adhuc de consuetudine exercitationis loquor, nondum de ratione et sapientia. Aniculae saepe inediam biduum aut triduum ferunt. Subduc cibum unum diem athletae : Jovem, Jovem Olympium, eum ipsum cui se exercebit, implorabit, ferre non posse clamabit. Consuetudinis magna vis est. Pernoctant venatores in nive in montibus ; uri se patiuntur Indi ; pugiles caestibus contusi ne ingemescunt quidem. 41 Sed quid hos quibus Olympiorum victoria consulatus ille antiquus videtur ? gladiatores, aut perditi homines aut barbari, quas plagas perferunt ! quo modo illi, qui bene instituti sunt, accipere plagam malunt quam turpiter vitare! quam saepe apparet nihil eos malle quam vel domino satis facere vel populo ! mittunt etiam vulneribus confecti ad dominos qui quaerant quid velint; si satis iis factum sit, se velle decumbere. Quis mediocris gladiator ingemuit, quis vultum mutavit umquam ? quis non modo stetit, verum etiam decubuit turpiter ? quis, cum decubuisset, ferrum recipere jussus collum contraxit ? Tantum exercitatio, meditatio, consuetudo valet. Ergo hoc poterit

Samnis, spurcus homo, vita illa dignus locoque,

vir natus ad gloriam ullam partem animi tam mollem habebit, quam non meditatione et ratione conroboret ? Crudele gladiatorum spectaculum et inhumanum non nullis videri solet, et haud scio an ita sit, ut nunc fit. Cum vero sontes ferro depugnabant, auribus fortasse multae, oculis quidem nulla poterat esse fortior contra dolorem et mortem disciplina.


Vocabulaire

Fréquence 1, 2 :

ac, atque : et

accedo,is,ere,cedi,cessum : s’approcher, s’ajouter

accipio,is,ere,cepi,ceptum : recevoir,accueillir

acer,cris,cre : aigu,pointu,piquant,âpre

acies,ei : pointe,ligne de bataille

ad +acc : vers

adduco,is,ere,duxi,ductum : attirer,conduire vers, amener

adfero,fers,ferre,tuli,latum : apporter

advenio,is,ire,veni,ventum : arriver

aequus,a,um : plan,égal,juste, favorable

aetas,aetatis : vie,âge,époque

alter,era,erum : l’un...l’autre, autre

antiquus,a,um : ancien

appareo,es,ere,ui : apparaître, être clair

arma,orum : armes (défensives)

at : mais

aut : ou bien

auxilium,ii : aide, secours

bene : bien (adv)

bonus,melior,optimus : bon

ceteri,ae,a : les autres, le reste de

cibus,i : nourriture

clamor,oris : cri (collectif)

conficio,is,ere,feci,fectum : faire, achever, accabler

conloco (colloco), as,are : installer, arranger

consisto,is,ere,stiti,stitum : se placer, s’arrêtre, consister en

contra : en face, vis-à-vis,au contraire

cur : pourquoi

cursus,us : course

deinde : ensuite

dico,is,ere,dixi,dictum : dire

dignus,a,um : digne

doceo,es,ere,docui : enseigner

dominus,i : maître

edo,is,ere,didi,ditum : faire sortir, déclarer, produire

eloquor,eris,i,locutus sum : exprimer

etiam : même, aussi

etiamsi : même si

exerceo,es,ere,cui,citum : exercer, éprouver, tourmenter

exercitus,us : armée,exercice, tourment

experior,eris,eri,pertus sum : faire l’essai de, tenter

facio,is,ere,feci,factum : faire

fero,fers,ferre,tuli,latum : porter, supporter

ferrum,i : fer,épée

fio,fis,fieri,factus sum : devenir, être fait

fortuna,ae : sort

gero,is,ere,gessi,gestum : porter, se charger de , faire

habeo,es,ere, habui,habitum : tenir, avoir

homo,inis : homme

inter + acc. : entre, parmi

ipse,ipsa,ipsum : lui-même, en personne

ita : ainsi, tellement

jubeo,es,ere,jussi,jussum : ordonner

legio,onis : légion

liberi,orum : enfants

malus,a,um (pejor,pessimus) : mauvais (pire, le pire)

miles,itis : soldat

modo : seulement

modus,i : manière, façon, mesure

mors,mortis : mort

multi,ae,a : nombreux

muto,as,are : changer, échanger

nam : car

ne : est-ce que, de peur que

nondum : pas encore

novus,a,um : nouveau, jeune

nullus,a,um : aucun

ob+ acc : devant, en face de, à cause de

obligo,as,are : lier, obliger

oculus,i : œil

onus,oneris : poids, charge

oportet,ere,uit : il convient

pactum,i : pacte, convention, manière

par,paris : égal

pareo,es,ere,ui : obéir

paro,as,are : préparer

pars,partis : partie, rôle

parvus,a,um (minor,minimus) : petit (plus , très petit)

paulo : un peu (+ comparatif)

perdo,is,ere,didi,ditum : perdre

pes,pedis : pied

pestis,is : destruction, peste, fléau

plus,pluris : plus, davantage

populus,i m : peuple

primum : d’abord

proelium,ii : engagement, combat, escarmouche

pugno,as,are : combattre (de près)

quaero,is,ere,sivi,situm : chercher, demander

quam : que

quamvis : quoique, bien que

quantus,a,um : combien (grand), que

quin etiam : bien plus

quis, quae, quid : qui ? quel ?

quiesco,is,ere,quievi, quietum : se reposer, être tranquille

recipio,is,ere... : retirer, reprendre, admettre

requiro,is,ere : rechercher, réclamer

sapiens,entis : sage, philosophe

sapientia,ae : savoir, sagesse, philosophie

satis : assez

saucius,a,um : blessé

se,sui,sibi,se :

soleo,es,ere,solui,solitum : avoir l’habitude de

sto,stas,stare,steti,statum : se tenir debout

sustineo,es,ere,ui,entum : soutenir, porter, arrêter

tam : tant, si

tantum : autant, seulement

turpis,is,e : honteux

ullus,a,um (neque ullus) : un , (aucun)

umerus,i (humerus,i) : épaule

utor,eris,i,usus sum : utiliser (+ abl)

vester,tra,trum : votre

vetus,eris : ancien, vieux, vétéran

victoria,ae : victoire

volo,vis,velle,volui : vouloir

vulnus,eris : blessure

vultus,us : visage


fréquences 3 :

clamo,as,are : crier, appeler en criant

consulatus,us : le consulat

crudelis,is,e : cruel, sanguinaire

disciplina,ae : enseignement , discipline

effero,fers,ferre... : porter hors de, emporter, divulguer, produire

exitium,ii : mort, destruction

expeditus,a,um : sans bagages, libre, sans encombre , facile

explico,as,are : dérouler, développer, déployer, expliquer

fortasse : peut-être, à peu près

gladiator,oris : gladiateur

gladium,ii : glaive, épée

hostilis,is,e : ennemi, hostile

ictus,us : le coup

inclino,as,are : incliner, infléchir, fléchir

instituo,is,ere,stitui,stitutum : établir, commencer, fonder, organiser

luctus,us : deuil

mando,as,are : confier, recommander à , enjoindre

medicus,i : médecin

mediocris,is,e : moyen, qui est au juste milieu

mensis,is : le mois

militaris,is,e : militaire

mulier,eris : femme

nix,nivis : neige

numero,as,are : compter

perfero,fers,ferre : porter jusqu’au bout, endurer, accomplir

plerique,raeque,raque : la plupart, la + gde partie

porticus,i : portique, colonnade

prius : avant

rudis,is,e : grossier, brut, inexpérimenté

spectaculum,i : spectacle

subduco,is,ere,duxi,ductum : soulever, retirer, dérober, calculer

uro,is,ere,ussi,ustum : brûler

verum : vraiment, mais en vérité

vito,as,are : éviter



Ne pas apprendre :

(alligo) adligo,as,are : panser, lier, fermer

abduco,is,ere, :emmener

anapaestus,i : anapeste ( rythme bref/bref/long)

anicula,ae : vieille femme

apte : de façon convenable, appropriée

Argivus,i : argien, grec

athleta,ae : athlète

biduum : pendant deux jours

caestus, us : ceste (gant de boxe)

cibaria,orum : les vivres

concrusus,us, : élan, assaut

conroboro,as,are : affermir, solidifier

decumbo,is,ere,cubui,cubitum : succomber, se coucher, tomber

ecfaris,fari = effaris,ari : dire, exprimer

flebiliter : en pleurant, de façon pitoyable

galea,ae : le casque

hortatio,onis, : discours, exhortation

inedia,ae : le jeûne

inexercitatus,a,um : non exercé

intemperans,antis : sans mesure

lacertus,i : le bras, le membre

meditatio,onis : étude

Olympius,a,um : olympique

Patricoles : Patrocle

sons, sontis : nuisible, criminel

turpiter : honteusement


Traduction au plus près du texte



37 Quant au service militaire - je dis le nôtre, non celui des Spartiates, dont la ligne de bataille s'avance selon (d'après) la cadence (mesure) et la flûte, et dont aucune harangue sans rythmes anapestes n'est employée (chez qui l'on emploie aucune …) - tu vois d'abord d'où nos "armées entraînées" tiennent leur nom, ensuite quel <est> l'effort de "l'armée en marche", combien il est grand : porter le ravitaillement de plus d'un demi mois, porter, si on <le> voulait, quelque chose pour leur usage personnel (ad usum), porter un pieu; car le bouclier, l'épée, le casque, nos soldats ne les comptent pas plus dans leur chargement que leurs épaules, leurs bras, leurs mains. En effet on dit que les armes sont les membres du soldat; et de fait celles-ci sont portées de façon si appropriée que, si le besoin intervient (s'en fait sentir), leur chargement ayant été jeté à terre, ils peuvent combattre avec leurs armes prêtes comme avec leurs membres. Que <dire>? L'entraînement des légions, qu'<en dire>? Cette <belle : ille> course, cette charge, ce cri de guerre, ils existent au prix de (gén. de prix) quel grand effort ! De cela <provient> ce <beau : ille> courage prêt aux blessures dans les batailles. Amène (fais intervenir) , à courage égal, un soldat non entraîné, il semblera une femme.

38 Pourquoi y-a-t-il entre une "armée entraînée" nouvelle et une ancienne autant de différence que nous en avons fait l'expérience ? L'âge des recrues est la plupart du temps meilleur, mais <c'est> l'habitude <qui> enseigne à supporter l'effort, à mépriser la blessure. Bien plus, nous voyons souvent des blessés être rapportés de la ligne de bataille, et assurément, <nous voyons > celui qui est novice et non entraîné, quoique avec un coup léger, laisser sortir des gémissements très honteux; mais au contraire, celui qui est entraîné et vétéran, et pour cette raison plus courageux, réclamant seulement un médecin, par lequel il puisse être pansé, dit (inquit) :

- Patrocle, venant vers vous, <c'est > votre secours et vos bras <que>

Je demande, avant d'affronter la funeste destruction remise par un bras ennemi ,

Et mon sang qui s'écoule ne peut (potis est = potest) s'arrêter d'aucune manière,

Si en quelque façon (qui= adv.) grâce à votre science plutôt la mort peut être évitée.

Le fait est que (namque) des blessés encombrent les portiques des enfants d'Esculape;

On ne peut <y> accéder .

- A coup sûr, certes, c'est Eurypyle. Quel homme éprouvé (acc. exclamatif) !

39

Lorsque "l'expression de la douleur" ne <fait> que se prolonger sans interruption, vois comme il répond sans pleurer, <vois comme> il apporte même la raison pour laquelle (cur) il lui faut supporter <cela> avec une âme égale (courage égal? équanimité?) :

Celui qui prépare la mort pour autrui,

Celui-ci, il convient qu'il sache que pour lui-même est prête une destruction équivalente (parem), pour qu'il ait <sa> part.

Patrocle va l'emmener, j'imagine (valeur ironique de credo), pour l'installer sur un lit, afin de panser sa blessure. Oui, si du moins c'était un "homme ordinaire"; mais je n'ai rien vu de moins <ordinaire>. En effet il demande ce qui s'est passé :

Va donc te reposer, et fais bander ta blessure! Même si Eurypyle le pouvait, Esope ne le pourrait pas :

Lorsque, par la fortune d'Hector notre farouche ligne de bataille enfoncée…

Et il développe le reste dans (malgré) sa douleur. Telle est (sic est ) en effet, chez un homme (vir!) courageux, la gloire militaire : sans limite. Donc, ces choses-là, un soldat vétéran pourra les faire, mais (asyndète) un homme (vir!) savant et sage ne le pourra pas? Au contraire (vero) celui-là <le pourra> mieux, et certes pas un peu !

40

Mais jusqu'à présent je parle de l'habitude de (donnée par) l'entraînement , mais pas encore de la raison et de la sagesse. Des petites vieilles souvent supportent un jeûne de deux ou trois jours. Supprime sa nourriture pendant un seul jour (acc. de temps) à un athlète : <c'est> Jupiter, Jupiter Olympien, celui-là même en l'honneur duquel il s'entraîne, <qu'>il implorera, il criera qu'il ne peut le supporter. La force de l'habitude est grande. Les chasseurs passent la nuit dans la neige, en montagne; les habitants de l'Inde supportent d'être brûlés; les pugilistes meurtris par les gantelets ne se mettent même pas à gémir.

41

Mais pourquoi <parler de > ceux pour qui une victoire aux jeux Olympiques semble cet illustre consulat d'autrefois ? les gladiateurs, qu'ils soient (aut) des vauriens ou (aut) des barbares, quels coups ils supportent jusqu'au bout! De quelle manière ceux qui ont été bien dressés (éduqués, instruits) préfèrent recevoir un coup plutôt que l'éviter honteusement! Comme il est clair , souvent, qu'ils ne préfèrent rien , que (à) satisfaire ou bien leur maître, ou bien le peuple! Ils envoient même, <alors qu'ils sont> accablés de blessures, vers leur maître des gens pour <leur> demander ce qu'ils veulent; si on en a fait assez pour eux, <ils disent qu'>ils consentent à s'allonger par terre. Quel gladiateur passable a gémi, lequel a jamais changé de visage (modifié les traits de son visage)? Lequel non seulement s'est tenu debout, mais aussi s'est allongé à terre de façon honteuse? Lequel, alors qu'il s'était allongé à terre, ayant reçu l'ordre de recevoir <le coup> d'épée, a contracté le cou? Tellement l'entraînement, l'apprentissage (étude préparatoire répétée), l'habitude ont de force! Donc, il pourra cela

Le Samnite, un homme (homo) répugnant, digne de cette vie-là et de cette condition-là,

Mais (asyndète) un homme (vir) né pour la gloire aura une partie de l'âme si amollie (faible) qu'il ne puisse l'affermir par l'apprentissage et la raison? Il semble, habituellement, cruel et inhumain à plus d'un, le spectacle des gladiateurs, et je ne sais pas s'il n'en est pas ainsi (= sans doute en est-il ainsi), comme il a lieu maintenant. Mais lorsque <c'était> des criminels <qui> combattaient à l'épée, peut-être <y avait-il> beaucoup <de leçons courageuses (disciplinae fortes sunt s.e.)> pour les oreilles, mais assurément pour les yeux, aucune leçon ne pouvait être plus courageuse vis-à-vis de la douleur et de la mort.


Mots de liaisons


cirque douleur exercice habitude humanité mort Patrocle raison sagesse vieillesse

Valid XHTML 1.0!