Evandre - 49 50 L'exemple d'Ulysse

           

49 50 L'exemple d'Ulysse (Tusculanes Livre 02, Cicéron)

Format pdf : Texte au format PDF

Ulysse vainc sa douleur

Tusc. II 49-50 : L'exemple d'Ulysse


Texte latin :


49 Pacuvius hoc melius quam Sophocles (apud illum enim perquam flebiliter Ulixes lamentatur in vulnere ); tamen huic leviter gementi illi ipsi qui ferunt saucium, personae gravitatem intuentes non dubitant dicere :


Tu quoque, Ulixes, quamquam graviter

Cernimus ictum, nimis paene animo es

Molli, qui consuetus in armis

Aevum agere …


Intellegit poëta prudens ferendi doloris consuetudinem esse non contemnendam magistram. 50 Atque ille non immoderate magno in dolore :


Retinete, tenete ! opprimit ulcus

Nudate ! heu miserum me ! excrucior.


Incipit labi, deinde ilico desinit :


Operite, abscedite, jam jam.

Mittite ; nam attrectatu et quassu

Saevum amplificatis dolorem.


Videsne ut obmutuerit non sedatus corporis, sed castigatus animi dolor ? Itaque in extremis Niptris alios quoque objurgat, idque moriens :


Conqueri fortunam adversam, non lamentari decet.

Id viri est officium, fletus muliebri ingenio additus.


Hujus animi pars illa mollior rationi sic paruit, ut severo imperatori miles pudens.


Traduction au plus près du texte :


49 Pacuvius <dit> cela mieux que Sophocle (chez celui-ci en effet, d’une façon totalement pitoyable, Ulysse se lamente sur sa blessure) ; pourtant, à notre homme (huic) gémissant faiblement, ceux-là même qui le portent blessé, considérant l’importance du personnage, n’hésitent pas à dire :

Toi aussi, Ulysse, bien que nous te voyions gravement

Blessé, tu es presque d’un courage trop

Mou, toi qui as l’habitude

De passer ta vie sous les armes…

Il comprend, le poète avisé, que l’habitude de supporter la douleur est une maîtresse qui ne doit pas être méprisée.


50 Et lui, d’une façon non excessive dans une grande douleur :

Retenez-<moi> ! tenez-<moi> ! ma blessure m’accable ;

Découvrez-<moi> ! hélas, malheureux que je suis ! je suis au supplice.

Il commence à glisser (= faiblir), puis aussitôt il cesse :

Recouvrez-moi, partez, tout de suite (jam jam)

Laissez-<moi> ; car à cause des frottements et des secousses

Vous amplifiez ma cruelle douleur.

Vois-tu <bien> comment s’est tue non pas la douleur apaisée du corps, mais la douleur réprimée de l’âme ? C’est pourquoi, à la fin de Niptra, il fait la leçon aussi aux autres, et cela en mourant :

Il convient de déplorer la fortune adverse (= l’adversité de la fortune) , mais non de se lamenter.

C’est le devoir de l’homme (digne de ce nom), et les pleurs ont été donnés au caractère de la femme.

Cette partie de cette âme la plus molle a donc ainsi obéi à la raison, comme un soldat qui se respecte obéit à un général en chef sévère.



Mots de liaisons


âme courage douleur éducation habitude nature raison sagesse Ulysse volonté

Valid XHTML 1.0!